La France, championne de l’impôt sur le salaire !

L’Organisme de Coopération et de Développement Économiques a publié la semaine dernière son étude annuelle sur les « Impôts sur les salaires ».

Son expertise fait preuve d’un véritable pragmatisme en matière économique puisque le mode opératoire utilisé par l’OCDE affiche le coût réel de l’impôt sur le salaire en prenant en compte d’une part les prélèvements directs sur les revenus salariaux mais également les cotisations sociales payées par les salariés et les cotisations patronales dues par l’entreprise.

Or, en France « les cotisations sont [directement] assujetties au salaire et donc au salarié ».

Il ressort du travail de l’OCDE que, parmi les pays européens et les pays de la zone euro, c’est dans l’Hexagone que l’impôt pèse le plus lourd sur les familles. « Ainsi une famille avec deux enfants et un seul revenu salarial correspondant à la moyenne des salaires du pays devra acquitter une charge de 40 % sur ses revenus bruts (y compris les charges patronales) en France, contre 38,6 % en Italie, 34 % en Allemagne, 26,1 % au Danemark, et 20,8 % aux États-Unis. »

Bien que les différents pays de l’Organisation de Coopération de Développement Économiques soit très hétérogènes sur la façon de fonctionner quant aux prélèvements sur les salaires, il n’y a pas de doute sur le fait que la France soit leader en ce qui concerne les impôts sur les salaires, ce qui fait apparaître le pays comme un enfer fiscal à la fois pour les entreprises et aussi pour les citoyens.

Le travail mené par l’OCDE est sans appel : il y a urgence à libérer l’économie et à stopper immédiatement le matraquage fiscal subit par l’ensemble des Français et cela afin qu’ils puissent s’affranchir d’une accumulation de contraintes, établie depuis trop longtemps maintenant !

Le député
Derniers tweets